Destination Madagascar

La grande traversée Est-Ouest

La grande traversée est-ouest relie “Tananarive”, la capitale (aujourd’hui Antananarivo) à travers une infinie variété de paysage, de couleurs. Et tout au long de cette grande et longue route, souvent entrecoupée de nids de poule et qui se transforme souvent en piste de terre ou de sable, on est saisi par l’intensité de la vie à l’approche des villages.

Ici, les taxis brousses irréguliers circulent surchargés. La seule façon de relier le marché, l’école, le lycée, le dispensaire est donc de marcher.Souvent sur des kilomètres et des kilomètres. Femmes lourdement chargées, ces charrettes à zébu, groupes d’enfants surgirent de nulle part. Il n’y a pourtant aucune maison ou case aux alentours.

Madagascar ressemble ainsi, à la fois à l’Afrique et l’Asie. A l’Asie d’abord avec ces rizières, à perte de vue, gorgées d’eau. Rizières qui servent de réserve à poissons que l’on tente de cerner avec de petits filets. Ressemblance avec Afrique avec la savane,

les pistes sableuses, les arbres clairsemées, les cases en branchages, les rues animées et bruyantes de chaque village.

Toutefois entre ces deux visions, on change de décor sur les hauts plateaux. Le climat se fait plus accueillant et ce sont de véritables vergers, plantations de carottes, de pommes de terre, de fruits que l’on croise. Puis de nouveau la sécheresse rend la nature rude, dépouillée, ne laissant apparaître que des broussailles accrochées à une terre rouge hostile. La déforestation a rendu les collines dénudées et ocres.

Parmi les images et les rencontres de ce « road trip », le franchissement des rivières et des fleuves sur des barges sont les plus marquantes. Là encore par la beauté et le dépaysement de ces lieux, vous plongent dans un univers de bout du monde que les voyageurs peuvent prolonger en se laissant glisser au fil de l’eau à bord de bateaux aménagés et même pour les plus aventureux à bord de pirogues.

Deux jours de navigation le long du fleuve, avec une nuit de campement, pour rejoindre le village de Belo sur Tsiribihna. De là les amateurs de mer ajoutent un retour à Morondova par la mer. 60 km de mer cristalline le long d’une côte de sable blanc ininterrompue, parsemée de villages de pêcheurs nomades qui vont, au gré des jours et des vents, d’un point à l’autre du canal du Mozambique.


L’afflux de touristes du monde entier dans cet Ouest magique du Menabe fait qu’à chaque étape, le voyageur trouve de très agréables et confortables éco-lodges. Les hôtels du Groupe Kimony Lodges et Ressort, des 3 étoiles, tous équipés d’une piscine et de la climatisation, sont ainsi présents à proximité de tous les lieux emblématiques, de l’Allée des Baobabs, aux Tsingy de Bemahara, en passant par Belo sur Mer et Morondova.


Particularité de ces hôtels, ils développent depuis 15 ans, un écosystème intelligent d’un tourisme responsable et durable : emploi et formation d’un personnel local, contribution au reboisement, et au repeuplement des espèces animales menacées, formation d’apprentis dans tous les métiers de l’artisanat, ateliers de fabrication pour des personnes handicapées. Plus de six cents malgaches, employés par le groupe Kimony sont d’ores et déjà, avec leur famille, assurés, de leur avenir à grâce à ce tourisme éco-responsable nouveau et prometteur.

Nos remerciements à tous ceux qui ont permis l’organisation de ce reportage, citons le tour-opérateur, Omee Voyages, spécialiste de Madagascar et le groupe des hôtels Kimony Lodges et Ressort que préside, Danil Abdulla, la compagnie aérienne Corsair, l’association, Belles d’Âme et Billets Discount (France et La Réunion).