Destination Madagascar

Madagascar

L’une des plus grandes îles du monde

Terre d’aventures et de rencontres

Texte : Patrice Fleurent  – Crédits photos : Joey Niclès Modeste.

Immense ! La Grande île ou l’île Rouge, comme on surnomme Madagascar, une, est, en soi, un continent. L’une des dernières grandes terres où la nature reste sauvage et belle. Avec ses hautes terres, ses savanes, ses pics rocheux, ses rizières, ses forêts primaires, ses fleuves, ses milliers de kilomètres de côtes vierges, Madagascar offre une multitude de sensations et d’expériences. Une destination de rêve pour les voyageurs épris de grands espaces, de nature, d’authenticité.

De l’aventure en 4×4 sur les pistes, aux douceurs du balnéaire, le voyageur a le choix. Nosy Be, Diégo Suarez, sont les régions touristiques de la grande île les plus connues. Mais à l’Ouest, du côté du canal du Mozambique, tout en face de l’Afrique, la région du Menabe, attire de plus en plus de touristes en quête de curiosités.

C’est ici en effet que l’on peut découvrir des sites parmi les plus exceptionnels de la planète : les Tsingy de Bemahara, un ensemble montagneux fait d’aiguilles rocheuses, vestiges des temps immémoriaux où la mer recouvrait Madagascar et aussi les célèbres allées des baobabs, arbres géants et spectaculaires.

Une forêt dense – datant probablement des temps où Madagascar s’est détaché de l’Afrique entoure ces Tsingy – qui abrite nombre d’espèces endémiques, oiseaux, mammifères comme le et surtout différentes familles de lémuriens – ses sympathiques petits animaux à fourrure – symbole de la Grande île.

De la réserve naturelle de la forêt Kirindy aux plages de sable blanc de Morondava, la capitale de ce grand Ouest malgache, le village de Vezo de Belo sur mer offre à son tour un lieu unique avec ses familles pêcheurs et constructeurs de boutres.

 

Boutres servant tout à la fois aux transports et à la pêche. Étonnant ces boutres en bois sont fabriqués sans aucun plan, dessinés à l’avance et construits avec des bois sélectionnés pour leur forme directement dans la forêt. Des constructions réalisées au jour le jour au gré des possibilités financières de chaque charpentier constructeur. A Madagascar, comme dans beaucoup de domaines, le savoir-faire traditionnel se transmet de génération en génération et s’exerce depuis l’enfance.